LES RAISONS DE SE FAIRE UN TATOUAGE : Pourquoi ? Quoi ? Où ?... - Twotattoo
3280
post-template-default,single,single-post,postid-3280,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_with_bg_image,select-theme-ver-3.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.8.0,vc_responsive
 

LES RAISONS DE SE FAIRE UN TATOUAGE : Pourquoi ? Quoi ? Où ?…

LES RAISONS DE SE FAIRE UN TATOUAGE : Pourquoi ? Quoi ? Où ?…

Normalement, lorsque je demande à mes clients de me raconter l’histoire de leur tatouage et de me l’envoyer, une fois que je l’ai reçue j’ai l’habitude de faire une introduction, mais cette fois ci, quand j’ai lu le titre que Patricia a écrit, j’ai copier-coller pour que vous lisiez le texte intégral… Merci Patricia !!

LES RAISONS DE SE FAIRE UN TATOUAGE : Pourquoi ? Quoi ? Où ?…

• Pourquoi à mes 52 ans j’ai décidé de me faire un tatouage ?

Je ne me souviens plus à quel moment j’ai pensé que cela me plairait –ou plutôt, ne m’importerait pas- de me faire un tatouage. Ce dont je me souviens bien, c’est le moment où j’ai pris la décision.
La « nécessité » de faire quelque chose qui me faisait envie et qui, pour diverses raisons n’avait pas encore été fait, m’a amené à dire à mon mari il y a 3 semaines : « Je vais me faire un tatouage ». Sa réponse a été « Si cela te rend heureuse… ».
Mes deux filles et moi avions déjà parlé de nous faire tatouer, mais comme cela ne plaisait PAS DU TOUT à leur père, nous ne l’avons pas fait. Jusqu’à maintenant…
Je pense que c’est un changement dans sa vie ou au moins, dans sa façon de la voir, qui influe sa décision.
Adriana s’est fait un scarabée il y a 3 ou 4 semaines et ce fut donc à l’époque où je lui ai dit que je voulais moi aussi me faire quelque chose qu’Ana Patricia s’est jointe à nous.

cruz Santa Brigida-madre e hija

  • • Quoi? Cela nous le savions clairement depuis longtemps. La croix de Sainte Brígida

Sainte Brígida est la copatrone de l’Irlande avec Saint Patrick. Mes fils sont allés de nombreuses fois là-bas et m’ont ramené à chaque fois quelque chose en rapport avec «mon Saint ». Une année, mon fils m’a ramené une croix de Sainte Brígida qui lui avait été donnée pour moi, sa mère Irlandaise. Cela me plaisait beaucoup de faire des recherches sur l’histoire de cette Sainte. Elle était fille d’un roi Irlandais et de l’une de ses domestiques. Elle est devenue religieuse et est allée évangéliser les villages. Elle fabriquait des croix en tissage qu’elle plaçait dans le lit des malades et dans beaucoup de cas, ces malades guérissaient.

Deux ou trois ans après que la croix se soit cassée, j’ai décidé de m’en faire une. Le 2 février (jour de la Sainte), les Irlandais vont chercher du jonc et fabriquent des croix qu’ils mettent ensuite sur les maisons pour les protéger.

cruz Santa Brijida_solaJ’ai fait de même. Le 2 février, je suis allée chercher du jonc et j’ai fabriqué quelques croix que j’ai donné à mes fils, frères et neveux. Depuis plus de huit ans et encore aujourd’hui, je continue à les fabriquer.

Adriana savait très bien depuis le début qu’elle se tatouerait la même chose que moi, et au même endroit.

L’histoire de Ana Patricia se rapporte à un concept familial selon le V
caractère. Mon arrière-arrière -grand-mère, descendante directe du héros du 2 mai Luís Daóiz, était une femme en avance par rapport  à son époque et avec ce qu’il fallait dans le pantalon, comme on dit !  Le père de mes filles utilise l’expression « Villalona/s » – on s’appelait  Villaón- pour nous définir quand une de nous trois agissions ou raisonnions avec ce qu’il faut dans le pantalon. (d’après lui, trop souvent).

Il a été le promoteur du concept VILLANONAS jusqu’au point d’inscrire le domaine, de nous créer une adresse électronique @villalonas.com et faire un logo (qui ressemble au tatouage de Ana Patricia) qu’il a sérigraphié dans des tee-shirts et bonnets qu’il a offert ce Noël aux 11 femmes du « Clan Villalón ».

Pour cette raison, nous nous sommes fait le V de Villalonas, Victoria, Valeur, Voler, Vertige…

 

• Où? Je n’ai pas eu non plus trop à réfléchir. Le tatouage était pour moi. Par conséquent, il devait être dans un endroit où je pouvais facilement le voir (juste le contraire de ce qui est recommandé) et qui n’était pas à la vue de tout le monde.

L’intérieur du poignet, c’était l’endroit.

Ana Patricia a voulu jouer avec la symétrie et la force (et les faiblesses) du tendon d’Achille et se l’est fait sur la partie postérieure de la               cheville.

 

Voilà l’histoire de nos tatouages.

Patricia, (Ana) Patricia, Adriana

Note de l’auteur : Et bien comme je le disais au début de l’article Patricia, je n’ai rien à rajouter sauf… Bravo à vous trois !! Avec ce qu’il faut dans le pantalon 🙂

No Comments

Post a Comment